Quelle perspective en 2021 pour le sport amateur ?

Particulièrement mis à l’épreuve en 2020 en raison d’une crise sanitaire sans précédent, le sport amateur va devoir faire face à de nombreux défis en 2021. Au cours des 10 derniers mois, beaucoup de licenciés ont déserté leurs clubs et associations sportives devant la menace de cette pandémie mondiale. Comment les faire revenir ? Quel rôle vont jouer les pouvoirs publics ? Les sponsors seront-ils toujours au rendez-vous ? Et les bénévoles ? Quelles autres pistes peuvent être développées ?

À l’aube de cette nouvelle année, les défis sont très nombreux pour le sport amateur et touchent tout un écosystème qu’il va être urgent de mobiliser pour stopper l’hémorragie.

Enrayer la chute du nombre de licenciés

Les associations seraient en déclin de 20 à 30% en 2020 selon le ministère des sports. La chute est surtout vertigineuse pour les sports en salle (basketball, handball, volley, gymnastique, badminton…) à l’image du judo, fédération olympique la plus touchée avec une baisse de 30% des cotisations. Le sport scolaire n’est pas en reste avec plus de 40% de licenciés en moins pour l’Union nationale du sport scolaire (UNSS), tandis que la Fédération française du sport adapté (FFSA) évoque même une perte de 70% de ses adhérents.

Alors comment surmonter ce calvaire et enrayer la défection des pratiquant(e)s dans leurs associations sportives ? Grâce à l’impulsion des pouvoirs publics, déjà. L’État a débloqué une enveloppe de près de 400 millions d’euros en direction du secteur pour 2021. La création d’un « pass sport » doit notamment permettre d’inciter les jeunes de moins de 16 ans (pour les familles bénéficiant de l’allocation de rentrée scolaire, NDLR) et les personnes en situation de handicap à se réinscrire dans les clubs. Un dispositif déjà éprouvé depuis 2015 dans le Gers. 

 Retrouver la compétition et organiser de nouveau des événements

Quand les clubs pourront-ils enfin reprendre un fonctionnement « normal » ? Si la question n’a pour l’heure pas de réponse, l’attente est extrêmement forte. Au cœur des projets sportifs, les compétitions sont toujours bloquées par la pandémie de Covid-19 et l’inquiétude sur l’après ne fait que se renforcer. 

Les économies des associations ont elles aussi été soumises à rude épreuve. Pour ne pas être dépendantes uniquement des subventions publiques – dont la tendance est à la baisse depuis plusieurs années – elles comptent traditionnellement sur l’organisation d’événements pour booster leurs recettes. Là encore, chou blanc ou presque cette année. D’après une enquête réalisée fin novembre par le Conseil social du mouvement sportif (Cosmos) auprès de clubs amateurs ayant au moins un employé, environ un quart d’entre elles disposent d’une réserve de trésorerie inférieure ou égale à trois mois.

 Rassurer les sponsors

Difficile pour les clubs de présenter de nouveaux dossiers de sponsoring à des entreprises en pleine crise sanitaire… En 2020, l’heure a surtout été au maintien des partenaires déjà existants. L’objectif ? Éviter une désaffection massive qui plongerait les associations sportives dans une situation encore plus compliquée. Dans les faits, la solidarité semble avoir opéré en dépit des grosses difficultés traversées notamment par les commerces locaux, principaux sponsors de la plupart des structures. 

• Revitaliser le bénévolat

Sans eux, nul doute que les clubs sportifs auraient mis la clé sous la porte depuis longtemps. Pourtant, les bénévoles ont eux aussi subi de plein fouet cette année cauchemar et ont dû revoir leurs engagements à la baisse.

• Sport santé, appropriation de l’espace public… Des pistes pour relever la tête

Les périodes de confinement traversées en 2020 ont rendu compliqué le maintien d’un exercice physique suffisant. D’après de premières études, la sédentarité a progressé. Mais paradoxalement, celle-ci pourrait aider le sport amateur à se réinventer et à redresser la pente. Car la crise sanitaire a mis en lumière l’importance de rester actif. Jouant le rôle de régulateur, l’activité sportive agit directement sur le système immunitaire, permet de rester en forme et donc de combattre le virus.

Vous aimerez aussi...